Nouvelle adresse : http://aube-eternelle.bb-fr.com
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Quoi de neuf ici ?
Ven 24 Déc - 18:04 par Invité

» -§ corps ravagés, tout espoirs envolés, la fin de l'aube §-
Lun 5 Avr - 21:47 par Invité

» Province du Nordland
Jeu 5 Nov - 0:12 par Invité

» -§ Bestiaires §- Trolls
Mer 14 Oct - 15:53 par Invité

» les pays elfique extérieur.
Dim 11 Oct - 22:45 par Invité

» Belle drainei cherhce ami(e)s
Sam 10 Oct - 22:56 par Invité

» Interview Deitsu
Mer 30 Sep - 16:19 par Invité

» Mortal online
Mar 22 Sep - 2:12 par Invité

Tout sur l’Aube Eternelle
OB Tools

Partagez | 
 

 [RP] La vengeance du vide mémoriel [RP]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [RP] La vengeance du vide mémoriel [RP]   Mer 24 Déc - 19:38

[HRP] L'amorce de l'histoire de Corium et de l'entité Bierearide posté en avant première sur JouL, et qui mérite milles fois d'être posté ici. La suite très bientôt sur vos écrans, bande de petits veinards [/HRP]

[RP] Corium:


Oh, la douleur, la souffrance par vagues, paralysante, intense, qui me berce comme le ressac. Aveugle et sourde, je ne peux que me laisser broyer dans cet étau. La fraîcheur sur ma peau me laisse augurer la nuit, mais quand ai-je vu le jour pour la dernière fois? Enveloppée dans l'horreur, c'est à peine si je perçois le vent qui porte à mes narines le parfum délicat des herbes.
Je ne peux que subir et sangloter. Mes ongles effilés griffent mécaniquement mon visage comme dans un élan pour me ramener à la réalité, mais rien n'y fait.


Devant moi, soudain, une vague lueur blanche. Instinctivement, je tends le bras, et mes doigts meurtris rencontrent une toison fournie, soyeuse, tiède. Dans une frénésie charnelle, je m'empare de ce don providentiel pour éponger mes yeux et mon visage couverts de larmes et de sang. Hoquetant encore, je me demande interloquée ce que peut bien être cette masse de poils providentielle. Levant des yeux hagards, mon regard rencontre une face massive, à l'expression ébahie et renfrognée. C'est là un nain dont je viens de baptiser la barbe. Je sais bien que mon offense envers lui mérite le trépas, et cela m'indiffère. Mourir, du moins, m'arrachera à cette explosion perpétuelle de mon âme, ce chavirement de tous les instants. Les pupilles accrochées à celles du nain, j'aspire à sa vengeance.


Le nain reprend une contenance et fouille dans sa tunique. Quelle forme donc prendra mon décès ? Le voilà qui me tend une gourde rebondie. Si je n'étais si exténuée de mon mal, je m'en esclafferais sûrement. Lasse à en mourir, je porte à mes lèvres desséchées l'étrange mixture. Quelques gorgées ont tôt fait m'inspirer des spasmes et des nausées, et voilà que je vomis avec enthousiasme. C'est comme si le poison se drainait hors de moi pour atterrir sur la terre poussiéreuse. Dans un geste réflexe, mes mains attrapent de nouveau la barbe et me voilà à m'essuyer avec.

Peu à peu je me remets, mes sens se réveillent, et je constate que surnageant dans ma régurgitation se trouve un pouce mutilé. Un pouce, à l'évidence, ayant appartenu à une furie.
Une déferlante me submerge, superposition d'images floues : un tourbillon de pensées me renvoie des scènes atroces de tortures mentales et physiques de la part des elfes noirs. C'est bien moi, c'est bien dans mon coeur, mon esprit, ma chair que se réveillent, suffocants, ces souvenirs de traitements atroces. Ayant perdu contrôle de ma personne, au comble de l'hystérie, je ne me rends même plus compte que je hurle, me tortille au sol, donne des coups dans le vide, tout entière immergée dans ce défilé de souvenirs sordides et pourtant imprécis, décousus.




Le nain attend patiemment que la crise s'apaise, me laissant reprendre mon souffle et la maîtrise de mes nerfs. Accablée par ces visions, je me ressaisis au bout de quelques heures.
Pourtant, pourtant... Hormis ces éclats sinistres qui plantent leurs griffes d'acier dans mon esprit, aucun souvenir.
J'ai beau fouiller mon esprit, tenter la méditation, la tristesse, la colère, rien ne me revient, pas même mon nom.



Le nain, qui a patiemment attendu d'un air grognon tout en fumant sa pipe, s'approche de moi :
- Bon alors, c'est fini oui ?
Je le fixe d'un regard mort.
Il reprend :
- Pas trop tôt. Ca fait des plombes que je poireaute et il caille, ici. C'est quoi, ton blase, l'elfe ?
- Je ne sais pas, murmuré-je.
- Suffit de se payer ma fiole hein !
D'un bond sur mes pieds, voici mon visage collé au sien et je lui lance dans un hurlement étranglé :
- JE NE SAIS PAS !
Le nain soupire, grommelle quelque chose, s'allume une autre pipe, me présente une panoplie d'expression mécontentes défiant l'imagination.
- Bon, finit-il par me dire. Regarde dans tes fouilles, des fois que tu dénicherais un indice.
Je retourne mes poches, je tâte les ourlets, j'ôte mes bottes. Rien.
- Et ça ? Me lance le nain, désignant le diadème qui ceint mon front et que je n'avais point remarqué.
Je l'ôte à l'instant. A l'intérieur, ces simples mots :
A toi, Corium, afin qu'à jamais nos esprits restent liés.
Toutefois, un doute : ainsi que je l'ai mentionné, j'ai régurgité un pouce d'elfe noir. De furie, plus précisément. Comment savoir si Corium est moi-même ou si je lui aurais volé ce talisman ?
Comment savoir ?



Le nain et moi nous nous regardons, perplexes, comme si nous pouvions par nos yeux mélanger nos pensées et obtenir les éclaircissements devant tant de questions et de confusion.


Il hausse les épaules.
- Bon c'est pas tout ça, ma brave petite, mais l'aube pointe à l'horizon. Alors si ça te dérange pas trop, j'aimerais bien qu'on évite de prendre racine. Et puis, il faut que je lave ma barbe maintenant, ajoute-il en me décochant un regard noir.
Ebahie, je lui rétorque :
- Comment, après cet outrage, vous m'emmenez avec vous ?
- Ouais. Le clan Bièraride t'a trouvée là, toute brisée et toute bizarre, entre hurlements de rage et sanglots de désespoir. On a bien hésité, pis dans un mouvement de pitié on s'est dit qu'on allait laisser un des nôtres en faction ici, au cas où un peau-verte déboulerait. C'est pas que ça m'enchante, mais c'est moi qu'ils ont chargé de te protéger. L'honneur du clan exige que je te mène, sauve à défaut d'être saine, dans un coin pas trop risqué.
Je suis comme frappée par la foudre, illuminée devant ce coeur immense du nain bougon qui commençait déjà à avancer sur le sentier rocailleux.
- Au fait, moi c'est Minarchias.
En mon coeur, je formule le voeu éternel de m'attacher à ses pas et de racheter la rancune qu'il doit me tenir et ne m'épargne sûrement que par honneur de clan.





Je décide alors de ne me détourner de sa route que très provisoirement, lorsque mes narines palpitent à l'odeur de ces immondes elfes noirs qui m'ont arraché jusqu'à ma mémoire et dont le chair et le sang écoeurants, ruisselants sous ma lame et mes flèches, sauront bien raviver ma mémoire. [/RP]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] La vengeance du vide mémoriel [RP]   Mer 24 Déc - 19:38

4eme jour (Shieldur):
Depuis le retour de campagne en veille des drakes, le frérot Minarchias nous trimballe une feuillue.
Au début on y croyait pas. Minarchias c'est pas le gars genre sympathisant voyez. Plutôt un type caché, qui sens le moisi, la vieille sueur, solide comme un arbre, vieux comme Kazad Drengi, fiable, volontaire, carré, sans problèmes, un bon nain. Cette grand perche maigrichonne nous l'a pourrie . Ultros veut pas qu'on la renvoie, il dit qu'elle est utile, mais moi Shieldur Bierearide, je sens que ça schlingue, j'ai pas confiance.

Il dit que sauver la fille c'était une question d'honneur, il dit qu'elle est pas comme les autres. Qu'est ce qui faut pas entendre comme conneries de nos jours. Moi l'aut fois je me roule après un orc en veille, et vla qu'un connard viens m'alpaguer au milieu de la plaine. "Sivou plaie, qui disait, sivou plaie!". Voulait de l'aide. Un elfon, une gamine suintant la morve et la bonne nourriture, une petite fiotte d'abricot. J'ai pas cherché à discuter le bout de gras. Je lui ai fauché la jambe d'appui. "Dégages glaviot! Gicles!" et je l'ai laissé là à chialer au milieu de son putain d'herbage. Il avait qu'a pas y aller ce con. Voilà comment faut faire avec ces plantes qui se croient les maitres du monde. Méritent pas qu'on leur tende la main. Quand je pense qu'on essaie de sauver leur terres, pourquoi déjà?


9eme jour (Ultros):
Le poids mort du troupeau, qu'ils disent. Ouais, pire qu'un malade. Sauf que à son contact Minarchias semble acquérir une force nouvelle, et depuis sa venue nous n'avons compté aucune perte. Elle se perd parfois mais rattrape toujours le pack. Pis elle tue beaucoup, c'est un argument.
Elle est étrange c'est clair. Hier encore elle a passé 8 heures à fixer de prés un de ses carreaux. Au bout d'un moment Lioudane va la voir et lui demande ce qu'elle fout. "Je compte les atomes de la pointe" qu'elle lui sort. Une fois elle a essayé de faire pousser de la camomille sur le cadavre d'un squig en se prétextant que la terre était trop peu féconde. Pis tout à l'heure je la vois équarrir un vieux troll, et se servir de sa tête comme d'un masque de carnaval comme une saloperie de troubadour. Faut reconnaitre qu'elle est inquiétante, mais Minarchias tient à elle, et ça faut le respecter. Minarchias c'est notre ancien, notre sagesse, notre livre. Y a pas a gamberger contre lui. Moi tant que la fillette dérange pas l'effort de guerre, elle peut rester. Et puis dans le fond je l'aime bien.

11eme jour (Shieldur):
Lâchez vos putains de mains l'une contre l'autre, cognez dedans, ouais, plus fort que vous ne l'avez jamais fait! Cette dingue d'elfe a fabriqué une mixture magique qui a le gout de la bière. Une sorte de soupasse, caffi de feuilles de saule, à dégueuler du vert par les naseaux toute la nuit. Y avais une chance sur un million pour que j'apprécie cette grognasse squelettique et elle a tiré dedans, d'équerre, précise comme un tir élite, en plein dans mes boyaux, à travers le cœur clanique bordel de chiottes. Que ce soit une salade elfique, même une noire, même un gros tas de merde autoproclamé, même la fille de Nurgle, je m'en cogne. Avec elle j'ai pu gouter la bière. Khalizad a confirmé, c'est le même goût. Impayable. Tout le monde était baba devant la marmite, des étoiles dans les prunelles. Et maintenant ça claque des paluches, et je m'y met aussi et merde à toute l'univers, c'est jour de fête chez les Bierearide.

16eme jour (Minarchias):
Corium a définitivement conquit le cœur de la troupe. Ses étranges manies ont d'abord inquiété les confrères mais sa gentillesse, sa férocité en combat, son amour des barbes et sa boisson miraculeuse l'ont vite rendue nécessaire aux plus récalcitrants. Je ne sais toujours pas si c'est bien une elfe des bois comme ses vêtements et ses habitudes de combat le laissent supposer. Elle ne se souvient de rien.
Ses accès de folie, son goût du sang, son absence totale de pudeur rappellent fort les habitudes des Druchii, c'est parfois flagrant, et très inquiétant pour son avenir, pourtant il serait difficile de leur vouer une haine plus noire que Corium. Difficile de douter de sa fidélité quand on la regarde décocher.
Peut être qu'Ultros a raison et que des tortures ont déformé son esprit.
Elle et moi tissons des liens de plus en plus étroits. Il m'est difficile de l'admettre mais son aspect elfique me rebute de moins en moins. Son absence de dégout pour le nain que je suis, son oubli de toute inhibition, de tout le vernis d'arrogance propre à sa race, couplé à sa profonde affection, à sa serviabilité, à son esprit vif et étrange, en ont fait pour moi une amie chère. Je sais ce que je risque à révéler au grand jour de telles pensées, mais qu'importe. A mon âge on sait apprécier les vertues de la souplesse dans les jugements. Les jeunes s'inclinent devant ma longue barbe faute d'apprécier les conséquence de ma sagesse, pour l'instant c'est suffisant pour les tenir en respect. Pourvu que ça dure.



[HRP] La suite un de ces 4, et je sais que je fais plein de fautes. Si vous vous moquez, je vous tranche.[/HRP]


Dernière édition par Ultros le Ven 26 Déc - 0:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] La vengeance du vide mémoriel [RP]   Jeu 25 Déc - 21:22

Réservé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP] La vengeance du vide mémoriel [RP]   Ven 26 Déc - 20:33

Fidèle à mon voeu, je m'attache aux pas de Minarchias. Parfois une voix m'interpelle, le vent porte des murmures à mes oreilles pointues - ou bien est-ce le chant des feuillages ? Il m'arrive de m'éloigner en quête de ces paroles, et alors la forêt bien-aimée s'efface de mes yeux et le temps et l'espace sont abolis, ma vue se brouille et je suis transportée ailleurs. Je n'en sais pas davantage, car lentement je reviens à moi et ne peux retrouver le fil des évènements lors de ces basculements. Suis-je même physiquement restée dans les bois, ou bien seul mon esprit a-t-il déployé ses ailes vers d'autres contrées, voire au-delà de cette planète ? Je ne sais, je sens alors simplement un remugle amer au fond de ma gorge.

Minarchias est au courant de ces instants de dépossession. Je ne sais déchiffrer ses traits, mais d'un ton bourru il me dit "ferme ton clapet et crache pas le morcif devant les gens" puis il grommelle je ne sais quoi au sujet des répurgateurs. Le trépas ne m'effraie point tant immense est ma lassitude de vivre, mais j'avoue que Minarchias apaise quelque peu mon chavirement.

Toutefois, il m'arrive d'éprouver des bouffées de joie sauvage : lorsque mes flèches percent ces répugnants Druchii. Oh, la jouissance indescriptible de leur sang qui coule et de leurs tripes qui se déversent ! La chaleur irradie alors mon corps entier et s'en répercute jusqu'à mes doigts, jusqu'à mes orteils, jusqu'à mon utérus. A cette seule pensée, mon coeur s'affole et ma bouche se déssèche. Face à un elfe noir, mon esprit devient aussi précis, froid et tranchant que la pointe de mes flèches. Mon élan de haine se canalise dans l'acier de mes armes et n'en frappe qu'avec davantage de délectations charnelles.

Minarchias étant timide - autant qu'un nain peut l'être - Ultros s'est chargé de me présenter à une guilde. Quelque peu embarrassé quant à ma personnalité, il énonce à chacune de mes reparties et à chacun de mes gestes que je suis perturbée et se hâte ensuite de dévier la conversation vers l'art de la guerre. Ultros et moi nous entretenons longuement au sujet d'artillerie à la lumière du feu de camp de l'Aube éternelle, peut-être parce que sur ce thème je parviens à m'exprimer presque normalement. Le savoir des nains n'est pas aussi méprisable que le laissent entendre les résidents de Nagarythe, que j'ai arpentée avec frénésie dans l'espoir de croiser un visage connu ou un être qui me reconnaîtrait - en vain. Cela ne laisse pas de m'inquiéter d'ailleurs : qu'a-t-il bien pu se produire pour que la longue mémoire des elfes de Nagarythe n'ait point souvenance de moi ? L'air empoisonné de ces terres et les paysages déchiquetés, à défaut de réveiller mes souvenirs, ont été pour mes sens une inondation de délice.

Sachant que mon caractère massacré par mes sombres cousins ne saurait me gagner la sympathie des Bièraride et de leurs confrères de l'Aube éternelle, j'ai entrepris de briller par mes prouesses martiales. J'ose espérer que je réussirai à faire honneur à leur confrérie.
J'ai semble-t-il déjà réussi à entreprendre un acte à graver dans les runes : Minarchias m'ayant confié les déboires de son clan en matière d'alcool, une inspiration subite s'est emparée de moi et j'ai collecté des plantes et autres ingrédients difficilement avouables pour concocter une liqueur au goût de bière. Minarchias, curieux, m'a interrogée :
- T'as fourré quoi dans ce chaudron, la gamine ?
Amusée, je lui lançai :
- Secret elfique, vénérable touffu !
Réponse de nature à susciter une grimace exaspérée chez n'importe quel nain, même Minarchias.
- Mouais, n'empêche, je parie que c'est pas bien propre, ce que t'as ramassé...
Je pris une mimique respirant l'innocence :
- Allons allons, mieux vaut savourer sans se poser de questions. Tu ne voudrais pas que les gens sachent que des nains apprécient un breuvage elfique ?
Sourcils froncés devant ce semi-chantage mais ne sachant encore trop déterminer la mesure de ma candeur ou de ma fourberie, Minarchias se borna à un gromellement sur la perfidie des longues-oreilles. Il n'en demeure pas moins que je n'ai plus aperçu d'éclat meurtrier dans l'oeil de Shieldur depuis ce soir-là.
Réfléchissant quelques instants, j'ai songé à un contrat avantageux de part et d'autre :
- Il pourrait y avoir un moyen de savoir...
- Ah ouais ? Ben vas-y, accouche, fillette !
- Voilà : je trouve les barbes terriblement émoustillantes. Je rêve de m'en faire pousser une. Toute belle comme la tienne. Cela me siérait à ravir.
Minarchias se raidit et éructa, ce qui chez lui est l'apogée de l'émotion suprême. Je poursuivis :
- Alors, nous pourrions conclure un pacte : dans tes grimoires runiques, il y a certainement une recette de pousse-barbe pour les nains désireux de valoriser leur attribut de gloire. Je suis sûre que même des naines ont essayé !
Le visage de Minarchias n'était plus que rides et plis autour d'un gigantesque froncement de sourcils.
- Tu pourrais...
- Bon, la psychotique, ça commence à bien faire hein ! M'interrompit-il d'une voix de tonnerre. Je préfère pas savoir la dose de foutage de gueule de ta question, ou alors le degré de maladie mentale, ça vaut mieux pour toi dans un sens comme dans l'autre. Une elfe qui se colle à un nain, c'est limite, tes manières de tarée, c'est déjà pénible, alors m'arracher un secret nain, non mais et puis quoi encore ? Et d'abord, depuis quand les elfes s'intéressent aux barbes hein ?
Tout chez lui était devenu chiffonné.
Je me trouvais aussi déçue de ne pas obtenir gain de cause que de l'avoir fâché. Je m'élançai vers le chaudron et y puisai une chope de breuvage elfique pour la lui rapporter. Mais ce soir-là, il ne me parla plus, ce qui me causa un chagrin si déchirant que j'allai étriper quelques gracieux écureuils avec mes dents.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] La vengeance du vide mémoriel [RP]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] La vengeance du vide mémoriel [RP]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» problème flux rss "paramètres non vide"
» boites de conserve vide pour convention day
» Vide coffre
» Un sac vide tient difficilement debout, alors remplissons le
» Vide grenier chez Drago avec un peu de tout [ajout de SM et armée O&G]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum fermé :: ACCEUIL DU FORUM :: A une table, au comptoir ou au coin du feu-
Sauter vers: